Banniere

Raphaël Siboni Président du Jury

Créer afin d'échapper au temps, celui qui fuit et
nous transforme en spectateurs de nous-mêmes.

Raphaël Siboni n’a pas peur de
se casser le nez sur les illusions
d’une génération dans un aléatoire contrôlé,
un spontané réfléchi, un réel virtuel.

Entre le vertige du grand et la jouissance
de l'éphémère, Raphaël se joue des cases et des
formats pour sculpter la lumière incandescente,
filmer l'énergie de l’effet, modeler le côté obscur
et ajouter sa noirceur mate à sa palette.

Le président de notre jury se joue des images et
des statuts, les manipule pour interroger notre
mythologie contemporaine, sans a priori,
mélangeant super héros et produits de
l'Entertainment, Deleuze et Zizek. Raphaël nous
rappelle que tout se transforme, se découpe,
se digère : le Tuning comme la silhouette du Jedi,
la technologie au même titre que
Gilbert Montagné dans un ensemble
spectaculaire et parodique ou minimal et épuré.

Interrogeant notre temps, celui de la pop culture
et des communautés qui la compose,
Raphaël établit l'anamnèse exacte de notre
époque à travers des installations imposantes ou
éphémères, mais nous immergeant à chaque fois
pleinement dans l'événement
en nous arrachant à la continuité prévisible.

Le président de notre jury occupe aussi bien le
front numérique, se taillant un chemin, au milieu
des exabytes et des câbles, des switch et des
routeurs dans un grondement qui se diffuse.
La modernité qui avance.

Débrancher en devenant conscient de ces traces
qui nous marquent, de ces icones qui laissent
des preuves, celle de notre enfance, celle de la
lumière brute sur pellicule, celle du papier froissé
ou de la patine noire et métallique.
Quand le virtuel porte conséquence sur le réel
pour aborder le temps de maintenant,
c'est-à-dire celui d'hier et de demain
fusionnant dans un bouquet pyrotechnique.

Et nous voilà témoin de ce plaisir à expérimenter,
à effleurer la profondeur, à apprécier la légèreté
tout en sentant le brûlé sans jamais nous lasser.

Car nous sommes loin de tourner en rond
dans le noir en étant dévorés par le feu.